Fidelitas Revelio ~


 
Et oui, chers amis, le forum ouvre officiellement ses portes !
Dès à présent, vous pouvez vous inscrire et ainsi donner son premier souffle de vie à ce tout jeune forum !
Wink
De nombreux postes vacants sont à pouvoir, profitez en dès maintenant !
Very Happy
Même ouvert, le forum reste en construction. Nous peaufinons son apparence ainsi que de petits détails.
Néanmoins ceci ne vous empêchera absolument pas de rp et de vous amuser sur le forum
Smile

Partagez | 
 

 Problème de conscience ? [PV James & Amy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je m'appelle Sirius Black


avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 06/09/2011



Qui suis-je ?
Age: 15 ans
Année: 5eme Année
Relations.
:

MessageSujet: Problème de conscience ? [PV James & Amy]   Dim 30 Oct - 16:50

Je courrai comme un dératé à travers les couloirs du 4ème étage, cherchant une pièce qui pouvait me cacher. Rusard m’avait vu les poches bourrées d’objets rigoureusement interdits à Poudlard. Je pouvais d’ailleurs l’entre hurler des menaces d’éventration et autres banalités du genre. Je remarquai alors que je m’étais arrêté juste devant la salle dont j’avais besoin.

« J’ai besoin d’une salle pour cacher ms pétards, j’ai besoin d’une salle pour cacher mes pétards, j’ai besoin d’une salle… »

Je passai trois fois devant l’entrée de la Salle sur demande. Le concierge allait débarquer d’un moment à l’autre. Je n’avais pas peur d’une nouvelle retenue, mais tout ce matériel m’avait coûté assez cher pour me le faire confisquer. J’enviais James et sa cape. Il n’est jamais là quand on a besoin de lui, celui-là. Une petite porte apparue alors et je m’y engouffrai rapidement.

- J’adore cette salle.

Je ne pus retenir un large sourire à la vue de ces montagnes d’objets plus insolites les uns que les autres, laissées par des générations entières d’élèves. Oubliant la raison de ma présence ici, je déambulais entre ces piles, récupérant au passage plusieurs trucs qui pouvaient m’être utiles. Il y avait ici tous ce dont peut rêver un élève: des balais volants, des bouquins de magie noire, des objets dont l’utilité m’échappait complétement, des robes de sorciers et même une sorte de diadème. Je n’aurais même pas été surpris d’y retrouver de la nourriture ou des squelettes de je-ne-sais-pas-trop-quoi. J’aurais pu rester dans cette salle des heures et des heures. Je me promis de dire à Cornedrue que la Salle va et vient contenait de tels trésors. On pourra y revenir et y piocher de quoi mettre un peu d’ambiance dans ce château. J’avais hâte d’aller montrer tout ça à James, mais d’un autre côté é, je voulais en voir plus.

La dernière fois que je m’étais rendu dans la salle sur demande, c’était juste parce que j’avais besoin d’un endroit où me changer : j’avais raté le lâché de ma bombabouse et mes vêtements témoignaient contre moi.

Je me demandais combien de personne connaissait l’existence de cette salle. Peu, probablement très peu. Et même si beaucoup la connaissait, les chances de s’y retrouver étaient maigres, puisqu’elle changeait selon les besoins des personnes. J’étais donc tranquille. C’est du moins ce que je pensais lorsque j’entendis un bruit. Instinctivement, je sortis ma baguette. Je m’avançai lentement, me cachant chaque fois devant une nouvelle pile d’objets vers l’origine du son. Ce n’était pas un animal, cela ressemblait à un humain. Est-ce que Rusard avait pu entrer ? Comment était-ce possible ? Je fronçai les sourcils. Si c’était lui, j’étais foutu. Je n’avais aucun moyen de me sortir de là.

- Qui est là ? Demandais-je de ma voix le plus grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chicago-swop.forumgratuit.org/
Je m'appelle James Potter


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 02/10/2011



MessageSujet: Re: Problème de conscience ? [PV James & Amy]   Lun 31 Oct - 17:25

-Et on plume le hibou, sur le clocher…♪

Je fredonnais d’une voix tranquille une comptine pour enfant, sachant très bien que je passais pour un parfait idiot à chanter ça avec une voix aussi grave que la mienne. La nature m’avait donné quelques atouts, mais pour le chant, ce n’était pas encore ça. J’avais déjà vu des hiboux s’envoler de rage dans la volière quand je chantonnais sans m’en rendre compte en écrivant une lettre tout seul.
Heureusement, ici, il n’y avait pas de hibou, et encore moins d’humain.
Assis contre une armoire dans la salle sur demande – cette fameuse salle que personne ne connaissait mis à part les Maraudeurs – j’écrivais d’une main assurée sur un parchemin le nom de Lily en en-tête de page, le plus délicatement possible. Mon écriture penché et légèrement détaché ressemblait presque à la parfaite calligraphie d’un scribe digne de ce nom, et j’en étais plutôt fier. D’habitude, en prenant les cours, j’avais plutôt tendance à écrire n’importe comment, sans vraiment y faire attention, mais pour ce genre de texte que je voulais écrire maintenant, je voulais que mon écriture soit parfaite.
Je relevai la tête qui était resté penché une bonne minute entière pour écrire le simple nom de « Lily », et je regardais devant moi sans rien fixer de précis. Dans ma tête, le mot « Crétin » résonna, comme si le petit démon enfouit en moi resurgissait pour lancer ce mot en hurlant de rire.
Il est vrai que ce que j’étais en train de faire n’était pas digne de mon comportement habituel, et pendant un instant, ma plume s’échappa au contact du parchemin, et resta suspendu sans bouger. En pinçant la lèvre, je me penchais de nouveau sur le parchemin, histoire d’analyser plus en détail ce que j’étais en train de faire. Une part de moi me disait « Pauvre idiot, Lily te prendra pour un con », pendant que l’autre susurrait « Elle veut que tu change, montre lui que tu es capable de le faire ! ». Mais j’hésitais franchement à écouter la deuxième voix.
Un poème. Un stupide poème. Stupide, stupide, stupide. Et je l’étais aussi. En me réveillant ce matin, après une nuit agité (Lily m’avait une fois de plus refoulé la veille en me disant que j’étais un « rustre sans gêne qui ferait mieux d’aller dégonfler ses chevilles »), j’avais eut cette idée de lui écrire un poème pour lui prouver que j’étais tout le contraire de ce qu’elle pensait de moi. Cependant, un poème…C’était un gros effort de ma part que de faire une chose aussi romantique. En réalité, j’avais déjà pensé à lui en écrire un, mais je le réservais pour un jour qui doit être absolument romantique : une demande officiel…de mariage, par exemple.
Je ricanais en pensant à cela. Oui, j’y avais déjà songé, mais c’était idiot. J’étais jeune, et libre, inutile de penser à des choses stupides comme celle-là, j’aurais tout le loisir d’y méditer lorsque je serais vieux et que je n’aurais plus que ça pour me raccrocher à mon bonheur.
Mais là, c’était un cas d’extrême urgence. Je savais bien évidement que pour le moment, j’avais peu – même très très peu – de chance de sortir avec elle, il fallait absolument que je remonte dans son estime. Ce qu’elle m’avait dit hier m’avait foutu un coup sur le moral, et je voulais lui montrer qu’elle se trompait à mon sujet.
« Autant essayer de faire parler un chat de ses opinions politiques à une souris… » songeai-je.
Mais il fallait tout de même que j’essaye, je savais que rien n’étais encore perdu. Ou plutôt, j’espérais. Quoi qu’il en soit, en même temps que cette idée de poème, une autre m’est venu : si quelqu’un voyait ce que j’étais en train de faire, ma réputation était ruinée. Il fallait que je me cache, et quelle meilleure cachette que la salle sur demande ? Ici, au moins, je n’avais aucune chance de me faire prendre. A moins qu’un autre imbécile ait eut l’idée d’écrire un poème et de venir se cacher ici.

-Allez, James, concentre-toi…soupirai-je en reposant ma plume.

En réalité, il me fallait plus du courage que de la concentration. Mais je finis pas chasser les mauvaises pensées de mon esprit, et je me levais en faisant les cents pas à la recherche d’idée. Puis, la première phrase me vint enfin, et je m’assis aussitôt sur une table juste derrière moi qui portait des dizaines et des dizaines de parchemins entassés maladroitement.
« Derrière mon apparence de fier, un cœur se cache, battant dans un seul but… »
Je relevais ma plume, et admirais le résultat. Ce n’était qu’une petite phrase, mais c’était déjà pas mal pour commencer. Quoique…Je barrai « fier » pour le remplacer par « vantard ». Inutile d’enfoncer un peu plus le poignard dans la peau. Je passais déjà pour un imbécile, il ne valait mieux pas que je prétende que j’étais « fier ».
La deuxième phrase apparut alors dans mon esprit, et je m’empressais de l’ajouter. « Tu me juge pour ce que je parais être, mais j’espère qu’un jour, tu verras que cette apparence n’est qu’un masque derrière lequel je me cache… »
Je grognais. A quoi bon écrire un poème, si ça ne rime pas ? Je n’étais vraiment pas doué…Silencieusement, en mordillant le bout de ma plume, je cherchais un mot dans ma tête qui rimerait avec « but » ou « cache », mais rien ne vint.
C’est alors que j’entendis une voix résonner.

-Qui est là ? lança la voix.

Une voix grave, qui m’était très familière.

-Sirius ! grondais-je le plus bas possible, surpris.

Tellement surpris que je tombai de la table. Sans prendre le temps de me relever, d’un geste rapide et maladroit, je froissai le parchemin aussitôt, et le fourra dans ma poche. S’il y avait bien une personne qui ne devait pas être au courant – à part les serpentard- que j’écrivais un poème à Lily, c’était bien Sirius ! Avec son esprit tordu, il en profiterait certainement pour me tourner au ridicule.
Je sortit rapidement le parchemin et ma baguette, et je tappota celle-ci sur le papier pour en effacer le contenu. Mais, paniqué, je me trompa dans la formule, et le papier s'emflamma. Je poussa un petit cri surpris, et le laissa tomber à terre. Il continua de se consumer tranquillement, effaçant les quelques mots que j'y avais inscrit.
Au moins, plus personne ne pourrait le lire...De toute façon, c'était idiot, et ce que j'avais marqué l'était encore plus.
En me relevant, je regardai de tout les côté pour m'assurer que personne ne m'avais vu. Je priai pour qu’e Sirius ne m’ait pas entendu et qu’il parte. Je priai aussi pour qu'il prenne en compte sa chère amitié avec moi, et qu’il ne songe même pas à se moquer de moi.
J'entendis des pas s'approcher près de moi, et je jetai un coup d'oeil rapide à terre, là où le papier avait brûlé. Mon coeur fit un bond. Il n'était qu'à moitié détruit....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle Amy Anderson


avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 06/10/2011



Qui suis-je ?
Age: 16 ans
Année: 6eme Année
Relations.
:

MessageSujet: Re: Problème de conscience ? [PV James & Amy]   Ven 4 Nov - 16:42

Il me fallait fuir, et il me fallait fuir vite. Un groupe de trois Serpentards de cinquième année me collait aux basques aussi fort qu'une dragonne à son œuf. J'avais beau changer de direction dès que l'occasion s'en présentait, j'entendais encore leur pas légers ainsi que les mots affectueux qu'ils me lançaient. Si Ethan était là, il pesterait encore contre "mon fichu caractère que je n'étais pas capable contrôler et qui m'attirait continuellement des ennuis". Je senti un sourire se dessiner sur mon visage tandis que je me disais qu'il n'aurait peut-être pas tord de le faire. Une fois de plus je n'avais pas été fichu de réprimer mon côté justicier sans peur et j'avais foncé tête baissée. L'action avant le dialogue. Quatre Serpentard étaient en train de s'en prendre à un jeune né moldu, qui vu son âge et sa stature de mouche, devait être au maximum en deuxième année. Le pauvre petit était en train de se tasser sur lui même, ne sachant ou n'osant répondre à ses agresseurs. Ni une ni deux, j'ai sorti ma baguette et jeté le sortilège de Crachelimace sur le chef du groupe.
Il faut croire que cela ne lui a pas plu puisqu'il à lancer ses trois sbires à mes trousses dans les secondes qui ont suivit, m'obligeant à détaler telle une araignée devant un basilic. J'avançais sans réellement faire attention à la direction que je prenais, me fiant à mon instinct qui m'avais rarement trahie. Je tournais et grimpais, mes poursuivants toujours sur les talons et, alors que je ralentissais, le souffle coupé par la montée d'un escalier, un sortilège me siffla aux oreilles. Il m'avait raté de quelques millimètres par le plus grand des miracles.

▬ Expelliarmus ! lançais-je en me retournant rapidement.

Ma main gauche se refermant sur la baguette de l'un de mes adversaires, je reprenais ma course effrénée après avoir lancé le sortilège glisseo qui les entraina directement à l'étage inférieur pendant que moi-même je courrais me réfugier un peu plus haut. Ils en avaient pour un petit moment avant de me retrouver.
Mon regard glissa sur la baguette qui n'était pas la mienne. Pendant une fraction de seconde je pensais à la lâcher avant de regagner la salle commune des Gryffondor pour me prélasser dans l'un de ses confortables fauteuils mais... Ils avaient réussi à m'agacer pour de bon et le point de côté qui me lançait atrocement me poussa à la vengeance.
Je sais, la vengeance n'apporte rien. Mais sur le moment, qu'est-ce que ça peu faire du bien ! Que pouvais-je faire ? La briser ? Non, la pauvre baguette n'avait pas décidé elle-même de me lancer un sort. La cacher ? Bonne idée, restait à trouver où.

Cherchant l'endroit idéal, je jetais un œil ici ou là, sait-on jamais ! Je me mis à faire les cents pas dans le couloir, si je ne me dépêchais pas de partir de là, ils allaient finir par me tomber sur le poil... Il fallait que je trouve un endroit où la cacher et où il ne la trouverait pas. Pas tout de suite du moins. A ce moment là, il se passa quelque chose d'improbable. Ou alors j'ai vraiment une mauvaise vue. Depuis quand y a-t-il une porte ici ? Je serais prête à mettre ma main au feu qu'il n'y en a jamais eu. Me laissant gagner par la curiosité, je poussais la porte. Ma mâchoire manqua de se décrocher quand mon regard s'est posé sur ce que contenait cette salle qui m'étais totalement inconnue. M'avançant lentement, mes yeux se posaient sur des piles d'objets tous plus invraisemblables les uns que les autres. C'était leur rassemblement, surtout, qui était invraisemblables. Comment autant d'objets différents, et parfois étranges, avaient donc put se retrouver dans une seule et même pièce ?

Ayant complètement oublié la raison de mon entrée dans cette étrange pièce, je m'arrêtais entre deux piles. Cet endroit me semblait gigantesque.

▬ Y a quelqu'un ? lançais-je un peu au hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle Sirius Black


avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 06/09/2011



Qui suis-je ?
Age: 15 ans
Année: 5eme Année
Relations.
:

MessageSujet: Re: Problème de conscience ? [PV James & Amy]   Sam 5 Nov - 0:13

Je m’étais approché de l’endroit où le bruit semblait provenir, la main resserrée sur ma baguette. Comment pouvions-nous nous retrouver à deux dans la salle sur demande ? C’était tellement improbable que je me demandais si le bruit n’était pas seulement le fruit de mon imagination. Cette théorie fut aussitôt démentie par une voix que je ne connaissais que trop bien. Je souris et je laissai mon bras retomber le long de mon corps, gardant cependant ma baguette fermement dans ma main droite.

- James ? Qu’est-ce que tu fais ici ?

J’entendis un murmure, un sort probablement et le bruit de quelque chose qui se consumait. Fronçant les sourcils, je marchai plus vite pour rejoindre mon ami qui poussa un petit cri. J’accéléra le pas et je tombais nez à nez avec Cornedrue.

- James, qu’est-ce qui s’est passé ? Comment est-ce que tu es arrivé là ? Comment se fait-il que…

Je m’étais arrêté net et regardais à présent un bout de parchemin qui brûlait lentement à ses pieds.

- Qu’est-ce que c’est ?

Je me penchais pour regarder ce qu’il y avait écrit et je reconnu l’écriture de mon meilleur ami. J’eu juste le temps d’apercevoir le mot « Lily » avant que le parchemin tombe en cendre.
De toute évidence, il écrivait à Evans, mais dans quel but ? James était fou d’elle, mais qu’allait-il lui écrire ? Je fronçai les sourcils et le regarda dans les yeux. Que cachait-il ? Il ne voulait pas que je vois ce qu’il avait écrit pour Lily, il devait donc y avoir quelque secret la dessous et il fallait que je sache ce dont il s’agissait. Que James puisse me cacher quelque chose me chagrina, mais oubliant ça, je souris et lui demanda ce qu’il cherchait à me dissimuler.

- Une lettre d’amooûur ? Ricanais-je, convaincu qu’il ne s’agissait pas de ça. James ne s’abaisserait jamais à ce genre de chose.

Soudain, une autre voix résonna dans la salle. Une voix féminine. Ce n’était donc pas Rusard ! J’oubliais un instant mes interrogations sur la présence de James ici pour me concentrer sur celle de la jeune demoiselle qui venait de nous rejoindre. Que James et moi nous nous retrouvâmes dans cette salle était déjà un hasard bien surprenant, mais une troisième personne, cela révélait pratiquement du miracle.

- Oui, qui est là ? Demandais-je bêtement, en cherchant l’origine de l’appel.

Je me demandais si il ne valait pas mieux se transformer pour voir qui était là, mais c’était idiot : un, j’avais répondu, elle saurait donc qu’il y a un humain dans le coin. Deux, si un chien peut paraître presque normal dans une pièce de Poudlard, un cerf n’a clairement aucune raison de s’y trouver et cela attirerait plus l’attention sur nous qu’autre chose. De plus, cette salle était plutôt utilisée pour les élèves préparant de mauvais coups, donc y croiser quelque chose de dangereux y était peu probable. Mais qu’importe, en cherchant de nouveau où se trouvait la personne, je me heurtai à elle. Je fus surpris : je la pensais beaucoup plus loin de nous.

- Désolé. Mais… Qu’est-ce que tu fais là ? Comment connais-tu cette salle ? Demandais-je, les sourcils froncés. Je pensais que nous étions les seuls à connaître la salle sur demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chicago-swop.forumgratuit.org/
Je m'appelle James Potter


avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 02/10/2011



MessageSujet: Re: Problème de conscience ? [PV James & Amy]   Mar 8 Nov - 10:58

-James, qu’est-ce qu’il s’est passé ? résonna la voix de Sirius dans la salle sur demande.

« Merde, merde, merde… » paniquai-je en cherchant des yeux une cachette avant que Sirius n’arrive. Mais il était trop tard, j’entendais ses pas se rapprocher de plus en plus, et je le vit apparaître aussitôt derrière l’une des statues qui hantaient la salle poussiéreuse. Je ravalais ma salive d’un seul coup, et croisa son regard inquiet.

-Comment est-ce que tu es arrivée là ? Comment se fait-il que…

Je ne tentais même pas de répondre, et suivit son regard qui fixait à présent le bout de papier qui trainait encore par terre.
« …et merde… ».
-Qu’est-ce que c’est ? demanda mon ami en se penchant pour mieux voir.
Je voulus pousser le papier avec mon pied, mais je manquai de frapper avec le visage de Sirius, et m’arrêta dans ma tentative, en soupirant. Et dans un silence gêné, je regardais le plafond, en priant que le papier finisse de se consumer aussitôt. Mais un rapide coup d’œil à terre m’apprit que Sirius eut le temps d’apercevoir le nom de « Lily » avant que le papier disparaisse à jamais. Mon ami se releva, un grand sourire sur les lèvres.

-Une lettre d’amooûur ? susurra Sirius en me fixant dans les yeux.
-Je…

Je résistais à la terrible envie de m’enfuir en courant, certain que Sirius y verrait là une preuve qu’il s’agissait effectivement de ce qu’il pensait. Cependant, la voix fluette qui voulait auparavant que je laisse tomber cette histoire de poème, revint comme un ouragan dans mon esprit, avec un rire moqueur qui ne plaisait pas beaucoup. Honteux, je sentis le rouge me monter au joue, mais je me repris aussitôt : c’était déjà assez embarrassant, inutile d’en rajouter.
Je m’apprêtais à répliquer une excuse idiote quand à la présence de ce nom sur cette feuille, lorsque je fus stoppé net par une voix féminine qui appelai depuis l’entrée. Profitant de cette distraction plus que souhaiter, je lançais un regard par-dessus l’épaule de Sirius, et ce dernier se retourna pour faire lui aussi face à la nouvelle venue.
-Oui, qui est là ? répondit-il sur un ton trop exagéré pour que se ne soit pas moqueur.
Ensemble, nous allâmes vers le lieu d’origine de la voix, et nous tombâmes nez à nez avec une jeune fille, plutôt grande et mince, qui les regardaient, surprise. Aussitôt, mes yeux fixèrent sa chevelure bleue électrique qui tombait avec légèreté sur ses épaules. J’étais persuadé de l’avoir déjà vu quelque part, mais ma mémoire me faisait défaut, et tout ce que je me contentais de faire, c’était de la regarder, sans rien dire. C’était une belle fille, en fait. Pendant un moment, je résistais à l’envie de lui faire mon sourire le plus charmeur, persuadé que cela me ridiculiserait plus qu’autre chose dans ce genre de situation.
Pendant quelques minutes, nous nous fixâmes sans rien dire, tout les trois aussi étonnés que les autres. Puis, ce fût Sirius qui rompit enfin le silence en demandant d’une voix calme et posée ce qu’elle pouvait bien faire là, et surtout…

-Comment connais-tu cette salle ?

Je regardai alternativement Sirius et la jeune fille qui me paraissait familière, mais dont je n’arrivais toujours pas à mettre un nom dessus. Une nouvelle longue minute de silence passa. J’eus alors le temps de remarquer que la belle demoiselle tenait sa hanche d’une main tremblante, signe qu’elle venait de fournir un certain effort. Puis, mes yeux se posèrent sur sa baguette qu’elle tenait en mains...et une autre qui l’accompagnait comme deux sœurs jumelles. Un sourire s’étira alors sur mes lèvres.

-C’est une nouvelle mode le port de deux baguettes ? lançais-je en ricanant.

Mais un autre détail revint alors dans mes pensés chassant la baguette en trop : Oui, c’est vrai, comment connaissait-t-elle cette salle ? Seuls les Maraudeurs connaissaient son existence, et à moins que le petit Peter l’ait avoué à quelqu’un sans le vouloir – ce qu’il faisait très bien d’habitude, pensai-je en soupirant – cette fille avait dû soit tombé dessus par hasard, soit ils n’étaient pas les seuls à avoir percé ce secret de Poudlard…

-Bien, maintenant que tu connais l’un de nos secrets, il va falloir d’éliminer, dis-je sur le ton le plus sérieux possible.

Je jetais un regard à min meilleur ami, et lui adressa un sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle Amy Anderson


avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 06/10/2011



Qui suis-je ?
Age: 16 ans
Année: 6eme Année
Relations.
:

MessageSujet: Re: Problème de conscience ? [PV James & Amy]   Mar 22 Nov - 14:08

Une voix me parvint, répondant à la question - peut-être un peu idiote - que je venais de poser. Je n'étais donc pas seule dans cette étrange salle. J'allais peut-être avoir quelques réponses aux interrogations qui tournaient dans ma tête. Je décidais donc de partir au devant de cette voix, que quelque chose au fond de moi trouvait légèrement familière. A peine avais-je parcourut quelques mètres que je me heurtais à quelque chose. Ce quelque chose n'était autre qu'un corps. Et pas n'importe lequel.

▬ Black et Potter.

La présence des ces deux là me donnait l'impression que cette salle était encore un peu plus étrange qu'elle n'y paraissait. Je sentis un petit sourire s'étirer sur mes lèvres.

▬ Ta question tombe à pic, Black. Le truc, c'est que je ne connais pas cette salle. Ou plutôt... Je jetais un œil autour de moi. Que je ne la connaissait pas jusqu'à quelques secondes. Peut-être que vous pourriez éclairer ma lanterne ?

Une douleur me traversa lorsque j'essayais de me tenir droite et je plaquais immédiatement ma main sur mon flanc. Satané point de côté. Devrais-je faire un peu plus de sport ? Enfin, j'espère que je n'aurais pas à courir tous les jours dans les escaliers comme je viens de le faire... C'est la que James Potter me sorti de mes pensées. Je baissais automatiquement les yeux vers les deux baguettes qui trônaient fièrement dans ma main tandis que la pointe de mes cheveux virait au rouge, transmettant à mes deux vis-à-vis le sentiment de gêne - d'avoir été prise la main dans le sac - qui me traversait en ce moment même.

▬ Je ne parlerais pas d'une mode. Plutôt d'un... Hasard ? Elle trainait, donc je l'ai ramassée. Disais-je en haussant légèrement les épaules.

Elle trainait dans les mains d'un parfait crétin, j'avais fait un geste pour le monde en lui ôtant sa baguette. En toute logique, entre mes mains ou bien planquée dans cette pièce, elle ne ferait de mal à personne. Je haussais un sourcil et affichait surement un petit sourire amusé.

▬ Essayez donc. Je vous assure que vous serez bien accueillis. Affirmais-je mi-amusée mi-sérieuse.

[ Je suis vraiment désolée pour le temps que j'ai mit à répondre, surtout quand on voit la taille misérable de ce post TT ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je m'appelle Sirius Black


avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 06/09/2011



Qui suis-je ?
Age: 15 ans
Année: 5eme Année
Relations.
:

MessageSujet: Re: Problème de conscience ? [PV James & Amy]   Mar 29 Nov - 11:18

Avant-Propos:
 

Je continuais de la détailler. Je l’avais déjà vu, c’était évident : on n’oublie pas des cheveux bleus électrique. Mais j’étais juste incapable de me rappeler de son prénom. C’était court, mais je n’en savais pas plus. Elle demanda une explication sur la salle. J’hésitai : et si elle en parlait ? Cette pièce, pour nous être utile, devais être connu de très peu de monde. Corn’ me tira de ces pensées en la questionnant sur le fait qu’elle portait deux baguettes. Ah tiens, en effet, c’est intéressant. Je souris : elle ne devait pas l’avoir eu avec l’autorisation de son propriétaire. Elle lança une excuse bidon. Elle trainait ? Quel sorcier pourrait être assez idiot pour laisser trainer sa baguette par terre ? Aucun. Je lui lançai un regard moqueur. Faut pas nous prendre pour des cons non plus.

- Il va falloir t’éliminer.

La dernière partie de la phrase de James me fit redresser la tête. Il me regardait amusé, et je dois reconnaître que l’idée était tentante. Je me serais bien lancé dans un duel acharné, mais évidemment, c’était une blague et je ne pouvais décemment pas me battre contre une fille. Celle-ci semblait avoir confiance en elle, pour répondre de cette manière.

- Oh, à deux contre une, je pense que même mal accueillit nous pourrions facilement t’empêcher de sortir d’ici. Surtout que c’est nous, ajoutai-je avec un sourire charmeur.

Je m’étais approchée d’elle et la regardai dans les yeux. Je me rappelai alors où je l’avais vue. C’était une métamorphomage ! Comment avais-je pu l’oublier ?

- Tu es une métamorphomage, c’est ça ? Tu t’appelles comment ? Oh, et pour la baguette, dis-nous plutôt à qui tu l’as volée. Si c’est à un Serpentard, tu trouveras en nous des alliés qui t’aideront à la cacher.

Et j’hésitai encore à répondre à sa dernière question. Est-ce que je devais lui expliquer ? Je me résignai et commença par la mettre en garde :

- Pour cette salle, je veux bien t’expliquer, mais il va falloir nous promettre de tenir ta langue. Parce que nous disposons de moyens nous permettant de te rendre la vie difficile. On ne trahit pas les Maraudeurs.

J’avais essayé de paraître impressionnant, je ne savais pas si j’avais obtenu l’effet escompté. Perso, je me sentais un peu ridicule, mais je m’en foutais. Je ne savais pas trop comment appuyer le fait que si elle l’ouvrait, on se vengerait, qu’elle soit de notre maison ou non. Et ce n’est pas sa capacité à changer de forme qui nous arrêterait. On avait la carte et mon flair ne me tromperait pas sur la personne.

- La salle sur demande, aussi appelée salle va-et-vient change selon les besoins de la personne qui passe devant. Ainsi, en ce moment nous avions tous les trois besoin d’un endroit ou se cacher, alors la salle a changé pour répondre à nos besoins. Elle a aussi la propriété d’être incartable, mais ça on s’en est rendu compte un peu après l’avoir découverte… enfin bref, c’est une salle géniale. Il faut bien la comprendre pour pouvoir profiter de toute sa capacité et sans vouloir me vanter, enfin nous vanter, nous l’avons particulièrement bien comprise. Pas vrai, Corn’ ? Donc. Tu avais besoin de te cacher pour fuir tes poursuivants, c’est ça ? Demandais-je railleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chicago-swop.forumgratuit.org/
Je m'appelle Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Problème de conscience ? [PV James & Amy]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Problème de conscience ? [PV James & Amy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» Les mailles brunies du Rohan - problème de traduction
» [problème] fraps et adobe ne marche pas ensemble, normal ?
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fidelitas Revelio ~ :: Entre les murs de l'école... :: 4eme Etage. :: Salle sur Demande.-
Nous recherchons :
Votez pour nous (2h) :
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit